Programmes européens
Connaissez-vous les appels à projets européens?

Entretien avec Florence Velge-Roussel, coordinateur du projet IONCHANIMMUNRESPON

Immunologiste formée à l’Institut Pasteur de Lille, Florence Velge-Roussel travaille sur les cellules dendritiques et la tolérance immune. Elle dirige une équipe de recherche à l’Université de Tours : l’EA 4245 CDIG. Elle est à l’initiative du projet COST IONCHAN-IMMUNRESPON, un réseau paneuropéen de recherche.

Qu’est-ce qui vous a amené à faire partie d’un projet européen ?

La volonté d’ouvrir la recherche de mon équipe au niveau Européen. Ce domaine est prometteur mais encore fragmenté. Mon objectif était d’initier des collaborations internationales et bénéficier de fonds Européens de recherche pour accélérer les choses dans ce domaine.

Pouvez-vous nous parler un peu plus en détail du projet européen et de votre rôle dans ce projet?

J’ai tout d’abord été à l’origine de la création d’un premier projet Européen, un réseau de formation doctoral sous le FP7 qui n’a pas été retenu. Puis j’ai proposé à un de mes partenaires de soumettre ce projet COST pour former un réseau dans ce domaine de recherche. Nous avons piloté à deux l’écriture de la version finale qui a été très bien évaluée. Les réseaux COST fonctionnent de manière démocratique, j’ai donc été élue « Chair », c.à.d. présidente du Consortium, en début de projet. J’anime le consortium pour faire vivre et grandir le réseau.
Ce projet permet de construire un réseau au travers de réunions et de formations pour augmenter notre capacité à collaborer et créer des synergies pour avancer plus vite sur l’état de l’art. Un de nos objectifs est soumettre des projets dans le cadre de H2020 avec la taille et les compétences adéquates.

– Est-ce que le projet européen peut avoir une influence sur la manière de faire de la recherche dans le laboratoire ?

Bien sûr, c’est comme si vous disposiez de toutes les compétences de vos partenaires dans le cadre d’un laboratoire virtuel Européen.

Qu’est-ce que cela vous apporte, professionnellement et personnellement, d’être impliqué dans un projet européen ?

Depuis que je fais partie du réseau, je reçois des invitations pour participer à des discussions, des tables rondes, des publications conjointes et d’autres projets Européens. C’est donc un réel tremplin.

Avez-vous des recommandations ou des remarques à donner aux chercheurs souhaitant répondre aux prochains appels à projets européens ?

Avoir une bonne idée pour lever un verrou scientifique et savoir le présenter dans la bonne formulation.