Programmes européens
Connaissez-vous les appels à projets européens?

Entretien avec Mathilde Gralepois, coordinatrice du projet TRANS-ADAPT

Mathilde Gralepois est maître de conférences en aménagement – urbanisme, à l’UMR CNRS 7324 – CItés,  TERritoires, Environnement, Sociétés (CITERES). Elle enseigne dans le Département d’Aménagement et d’Environnement de l’Ecole Polytechnique Universitaire de l’Université François-Rabelais de Tours.


Pouvez-vous nous parler un peu de votre projet JPI Climate ? De quoi s’agit-il ?

Les programmes JPI Climate sont des initiatives conjointes à plusieurs pays membres de l’Union Européenne. Leur objectif est de faire avancer la recherche sur les questions climatiques et les initiatives transnationales d’adaptation aux transformations environnementales.

Le Projet TRANSADAPT s’inscrit dans le programme JPI Climate 2013 (http://www.jpi-climate.eu/2013projects/transadapt) Son enjeu est d’étudier les initiatives locales de mise en œuvre de projets de prévention des risques naturels afin de saisir les effets sur les modes de gouvernance classique, mais aussi les résultats en terme de gestion multi-usage des sites inondables constructibles.

Qu’est-ce qui vous a amené à monter ce type de dossier ?

Je suis jeune maître de conférences, les réseaux comptent énormément ! C’est un collègue autrichien qui enseigne dans notre Département d’Aménagement et d’Environnement de l’Ecole Polytechnique Universitaire de l’Université François-Rabelais de Tours qui m’a proposé cette collaboration. Cette idée lui avait été aussi soufflé par les partenaires rencontrés lors d’un précédent projet de recherche européen auquel j’avais participé : 7th PCRD STARFLOOD (www.starflood.eu)

Qu’est-ce que cela vous apporte, professionnellement et personnellement, d’être impliqué dans un projet européen ?

Cela m’apprend la gestion de projet. Je coordonne l’équipe France du projet TRANSADAPT. Il y a un véritable apprentissage de la répartition des tâches au sein d’une équipe, dans laquelle 3 établissements d’enseignement supérieur collaborent (ESGT du Mans, INSA Ecole Paysage de Blois et Université de Tours). Mais il y a aussi la relation avec les 3 autres équipes européennes du projet (Ireland, Netherlands, Austria).

Ce projet européen vous a-t-il donné de nouvelles opportunités de recherche ?

Pour le moment, nous publions les articles liés au projet de recherche. En ce sens, ce sont de belles opportunités de publication dans des revues internationales. Et comme ce projet est issu d’un réseau constitué précédemment par un autre projet européen, je ne doute pas que celui là apportera aussi de futures collaborations !

Est-ce que le projet européen peut avoir une influence sur la manière de faire de la recherche dans le laboratoire ?

En tant qu’enseignante – chercheuse, il me paraît important de joindre les dynamiques pédagogiques et les opportunités de recherche : les deux missions doivent être en synergie.